Universités d'été décentralisées de l'UDI

Universités d'été décentralisées de l'UDI

UNIVERSITÉS D’ÉTÉ DE L'UDI
Le cadre idéal pour l'Union

 .

Belle réussite pour ces premières universités décentralisées de l'UDI. De nombreuses personnalités avaient fait le déplacement, Jean-Christophe Lagarde Président de l'UDI, Alain Juppé maire de Bordeaux, Jean-Marc Gabouty Sénateur UDI de la Haute Vienne et Virginie Calmels qui mènera la liste d'union de la droite et du centre aux élections régionales en Aquitaine/Limousin/Poitou-Charentes (ALPC).

Jean Christophe Lagarde a clairement indiqué le pourquoi de ces universités délocalisées dans notre belle cité : il souhaitait casser avec la tradition des universités regroupées, souvent l’occasion de petites formules pour les journalistes, mais rarement l’occasion de travail pertinent. L’organisation des universités dans les 13 futures régions, c’est un challenge qui a tout son sens. Etre plus proche de la réalité terrain, en s’adressant notamment aux média locaux si proches du cœur électoral, faciliter, par la proximité, la venue des militants et des élus et enfin dans le contexte des élections régionales à venir, avoir une réflexion pertinente sur la future région.

Cette conclusion des universités de l’UDI à Bordeaux a donc été un avant-goût sur la future échéance électorale. On soulignera que la Jeunesse, souvent oubliée du débat politique, a été largement à l’honneur.

Ainsi Aurélien Septon, jeune élu de Talence a eu l’honneur d’introduire la clôture de cette journée de travail. Reconduit naturellement comme Président des jeunes de l’UDI au cours de ces universités, ses quelques mots sur la nécessité de retrouver la « confiance entre les gouvernés et la gouvernance politique » ont été relevés et salués par notre maire Alain Juppé.

 .

Virginie Calmels, Nathalie Delattre et Jean-Marc Gabouty

Virginie Calmels, Nathalie Delattre et J.M. Gabouty

Son introduction a été suivie par la jeune chef de file pour les régionales Virginie Calmels. L’intervention de cette récente élue bordelaise était très attendue par le public centriste local et celui de la future région.

Elle ne nous a pas déçus, au contraire !

Elle a su en quelques minutes nous démontrer son investissement sincère sur ce domaine nouveau pour elle, qu’est la politique.

Décrivant la maison cantonale, petit écrin du Modern Art sur la Rive droite bordelaise, elle a vite associé ce cadre magnifique, riche en rencontres et contrastes, au partenariat entre les forces des deux mouvements politiques Républicains- UDI. Elle nous a donné rendez-vous, de manière très enjouée, pour les prochaines semaines.

 .

4

Alain Juppé aux universités d'été de l'UDI

C’est avec humour qu’Alain Juppé, prenant la tribune à sa suite, a souligné le dynamisme des jeunes UDI, prêts à lui proposer d’adhérer au mouvement centriste ! Sa réponse à la jeunesse : « Je suis encarté dans une autre famille mais proche de la vôtre ». La preuve : les déjeuners réguliers qu’il partage avec Jean Christophe Lagarde. «  L’UDI doit être une formation politique à part entière », selon lui et le partenariat avec les Républicains, une vraie réponse pour l’intérêt général.

Alain Juppé a salué le dynamisme de Nathalie Delattre sur le territoire qu’elle gère, «avec cœur et beaucoup d’efforts ». Il a ensuite fait l’éloge de Virginie Calmels : sa capacité de travail, son sens de l’organisation et surtout son sens politique. « Elle fait un tabac  à tous ses passages ».

Motivé par l’échéance prochaine des primaires, il faut selon lui, se préparer à l’alternance car « la France va mal ». Pourtant, il reste optimiste sur les atouts français : sa démographie, ses infrastructures, son statut international…et aussi sa Jeunesse. Il n’a pas hésité à mettre en avant sa capacité d’entreprendre et d’innover.

Il invoque une explication aux mauvais résultats économiques et à l’explosion du chômage de notre pays : la mauvaise gouvernance avec des «réformes cafouilleuses » qui génèrent notamment la prise à la gorge des collectivités territoriales contraintes de mettre en œuvre des mesures impopulaires, faute de dotation. Pendant ce temps, le Gouvernement annonce une baisse fiscale de 2 milliards d’euros… « une manipulation à dénoncer ». Alain Juppé s’insurge contre le manque de visibilité de cette politique du PS, illustrant ses propos sur les divers positionnements des ténors socialistes face aux propositions d’E. Macron.

Face à cette situation, A. Juppé clame que « l’Union est nécessaire » et surtout qu’elle soit attractive, évoquant un « projet, souffle de liberté » pour les créateurs d’entreprises et les investisseurs. Avant de conclure, il évoque les sujets d’actualité : l’importance de l’école de demain et de l’apprentissage, au cœur de son dernier ouvrage et le problème migratoire auquel est confronté l’Europe. Il est clair dans ses propos : l’accueil des réfugiés est évident mais la France ne doit pas rester muette à Bruxelles. Elle doit se positionner clairement sur le contrôle aux frontières, la gestion des demandes d’asile et la politique de réadmission des illégaux. Je résumerai sa conclusion par ses propres mots « Mobilisons nous , ce sera certainement un premier signal pour l’Alternance ».

 .

Jean-Christophe LAGARDE

Jean-Christophe Lagarde Président de l'UDI

Jean-Christophe Lagarde conclut la journée. Pour lui, le redécoupage des régions n’est pas toujours compréhensible, et ALPC souffre d’être disparate, avec des territoires extrêmes qui s’apparentent parfois plus aux régions voisines. Il estime que cette journée de travail est à reconduire afin que les militants et les élus de cette nouvelle région apprennent à mieux se connaître, à travailler ensemble. Il reconnaît le mérite de Virginie Calmels qui doit construire un projet qui n’a jamais été porté électoralement. Selon lui, pour atteindre la victoire, il faut redonner de l’appétence aux électeurs. Pour ce faire, il propose d’ouvrir la politique aux membres de la société civile, aborder de nouveaux sujets et profiter des élections régionales pour lever des blocages nationaux. « Le changement (de président) n’est pas la seule solution au redémarrage ».

La politique et les propositions doivent être courageuses et sans détour. Il illustre ses propos par les changements d’attitude du Président de la république sur le soutien aux réfugiés, suite à la parution de la photo choc de cet été. Sur le courage politique, il n’hésite pas à indiquer la nécessité de réformer le statut des fonctionnaires et de   réfléchir à un seul système de retraite.

Selon lui, on n’évitera pas le débat en 2017…En attendant, l’UDI croit dans les régions, fondement de la décentralisation. Même si J.C. Lagarde insiste sur l’importance de constitution des primaires pour faire un bon choix pour 2017, il conclut que gagner les élections dans les différentes régions de France, c’est entamer le démarrage attendu par tous les français. « C’est mettre un coup de booster avec des projets territoriaux pour surmonter les problèmes nationaux ».

fredy

Frédy LUCAS pour Le Blog Centriste

Aller à la barre d’outils