Ludovic Bousquet UDI Gironde

Ludovic Bousquet UDI Gironde

ÉLECTIONS RÉGIONALES, STRATÉGIE, STRATÉGIE...

 

Par courrier adressé aux adhérents, Jean-Christophe LAGARDE, Président de l’UDI, indiquait qu’à part Paris où Chantal JOUANO présentera une liste sous les couleurs de l’UDI, pour les autres régions la stratégie n’est pas encore arrêtée.

Dans certaines d’entre elles un partenariat avec l’UMP est possible et souhaitable, dans d’autres, l’UDI peut avoir vocation à se présenter sous ses propres couleurs.

La décision sera prise région par région après que soient organisées, en interne, des réunions pour en débattre.

Et pour préciser sa pensée, Jean-Christophe LAGARDE de poursuivre :

« Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, je souhaite que ces élections régionales soient l’occasion de mettre en avant des hommes et des femmes qui portent un projet politique sur la durée, ce mandat doit être confié à des gens qui sauront l’utiliser pour s’ancrer localement et préparer les échéances suivantes. »

La feuille de route semble claire. En tout cas pour moi elle l’est.

Avant de prendre une décision concernant la grande région Aquitaine/Limousin/Poitou-Charentes il faut analyser les résultats des élections départementales et notamment ceux du premier tour :

Total des voix de Gauche (PS+EXTG+PC+FG+DIVG+PRG+EELV)
918 512 voix soit 43.3%

Total des voix de la Droite et du Centre (UMP+UDI+MODEM+DLR+DIVD+SE)
768 654 voix soit 36.3%

Total Front National + EXTD
432 183 voix soit 20.4%

En dépit d’un environnement politique extrêmement défavorable à la Gauche, mais contrarié par un score important du Front National, l’union UMP/UDI/MODEM/CPNT ne parvient pas à s’imposer en Gironde et plus largement dans la région Sud-ouest qui reste acquise aux socialistes et ses alliés, les radicaux de gauche , le parti communiste et EELV.

Si le mode de scrutin imposait cette stratégie d’union pour les départementales, compte tenu du score attendu du Front National et de fait, du risque d’être éliminé au premier tour, il n’en est pas de même pour les Régionales qui se dérouleront en décembre 2015.

En premier lieu il n’y a aucun risque pour une liste UMP ou une liste centriste indépendante d’être éliminée au premier tour. Le seuil pour pouvoir se maintenir au second tour est fixé à 10% des exprimés et le seuil qui permet de fusionner est fixé à 5% des exprimés.

D’autre part le Front National, lui aussi, est assuré d’être en situation de se maintenir au second tour, privant ainsi l’UMP, d’un réservoir d’électeurs.

149 858 voix  soit 7% nous séparent du total des gauches dans la nouvelle région créée.

Dès lors la stratégie de l’union UMP/UDI/MODEM/CPNT au premier tour de ces élections, fige dans une version atrophiée l’électorat de droite et du centre, au niveau atteint à l’élection départementale.

De plus pour le second tour nous nous retrouvons sans aucun réservoir de voix.

Cette stratégie d’union à tout prix est un dogme. L’union doit être un outil parmi d’autres outils au service de l’élection du moment.

Pour ces prochaines élections régionales, autant il m’apparaît impératif de faire l'union dans toutes les régions promises à la droite et au centre, autant il est évident qu'il faut diversifier l'offre dans les 3 régions que les résultats des départementales annoncent comme promises à la gauche (Aquitaine/Bretagne/Midi-Pyrénées).

.

Je demande donc à l’UDI d’étudier très sérieusement l’hypothèse d’une liste centriste aux élections régionales, de considérer et d’évaluer les arguments suivants :

  • Diversifier l’offre permet de lutter contre l’abstention.
    .
  • En présentant notre propre liste pour ces élections régionales, l’UDI ne se présente pas contre l’UMP mais à côté de l’UMP.
    .
  • L’UDI à vocation à rassembler tous les centristes mais aussi les électeurs déçus par la politique menée par François Hollande qui a renié toutes ses promesses.
    .
  • De son coté, une liste homogène UMP peut alors ajuster l’orientation de sa campagne pour retrouver ses électeurs qui se sont égarés dans le vote protestataire.
    .
  • Quant à l'UDI elle pourra présenter une liste ouverte à la fois aux leaders locaux (élus municipaux, candidats aux départementales ayant réalisés de bon scores) ainsi qu’à des candidats nouveaux qui porteront nos couleurs lors des élections futures. Une chance comme l’indiquait Jean-Christophe LAGARDE pour valoriser nos élus, nos  futurs candidats. Un exercice salutaire pour unifier l'UDI  et souder ses membres.

Au soir du premier tour nous nous retrouverons. En fonction des scores obtenus par nos deux listes et animés par une nouvelle dynamique, nous serons en mesure de présenter pour le second tour une liste fusionnée  représentative des choix exprimés lors du premier tour.

Il était important pour le « Blog Centriste » que j’anime, de lancer ce débat afin que chacun puisse s’exprimer et que la décision finale prenne en compte les souhaits qui seront émis.

.

Liste d'union ou liste séparée, vous pouvez déjà exprimer votre préférence en votant sur notre site :
http://ludovic-bousquet.fr/sondages/

De même vos commentaires peuvent être laissés à la suite de cet article qui sera reproduit sur le site du Blog Centriste :
http://ludovic-bousquet.fr/elections-regionales/


Donnons-nous les moyens de la victoire


Ludovic BOUSQUET
contact@ludovic-bousquet.fr
www.ludovic-bousquet.fr

1 réponse

  1. Lors des élections européennes de 2014, le Front de Gauche a réalisé sur le territoire qui compose la nouvelle région 7.6%. Ce score lui permet de fusionner mais ne lui permet pas dans l’état actuel des alliances de se maintenir au second tour. La liste EELV et la liste UDI/MODEM réalisent un score identique, 9.7%. qui leur permet de fusionner mais qui rend incertain une qualification pour le second tour. S’il n’existe aucun obstacle à la fusion des listes UMP et UDI, il n’en est pas de même pour le Front de Gauche. En ce qui concerne le parti EELV, il est partagé entre une alliance dès le premier tour avec le PS, une alliance avec le Front de Gauche et des listes sous ses propres couleurs. Le Front National pour sa part sera présent au second tour il réalise 22.3% aux européennes et 20.4% aux départementales. Une alliance EELV/Front de Gauche réalisera un score supérieur à 10% et a vocation à se maintenir au second tour. La mise à l’écart de JM Le Pen risque de faire perdre à l’UMP 1 à 2% en faveur du FN.
    La proposition de Ludovic Bousquet est intéressante. Elle mérite d’être étudiée par les différents partis qui souhaitent une alternance dans notre région. Nous voyons assez clairement qu’une victoire de la droite et du centre réside en grande partie dans les divisions profondes de la gauche et d’une partie de ses alliés. Pour autant il est important de faire tout ce qui est nécessaire de notre côté pour gagner cette région. Le “ratisser large” proposé par Ludovic Bousquet est une stratégie qui ne semble pas, à priori, assurer la victoire, mais qui peut faire la différence dans un environnement de divisions à gauche.

Ajouter un commentaire

Aller à la barre d’outils