fnFN - PREMIER PARTI DE FRANCE ?

 

Dans une actualité encore dominée par les évènements tragiques de ce début d’année, le nouveau sondage sur les intentions de vote en cas d’élection présidentielle de l’institut CSA pour RTL(1) ainsi qu’une enquête de l’institut Odoxa (2) réalisée pour CQFD et iTELE n’ont pas eu l’écho qu’on aurait pu imaginer. Soit parce que les français trouvent déplacé un tel sondage à quelques jours des évènements qui ont touché le pays, soit parce qu’ils ont anticipé les résultats, ou parce qu’il existe une résignation par rapport à un avènement considéré à tort comme inéluctable.

Voici en résumé la synthèse de ces sondages.
56% des français considèrent le Front National comme un parti comme les autres.
(Ce pourcentage est de 78% chez les sympathisants de droite).

28% des français considèrent que le Front National est en capacité de gouverner le pays.
(Ce pourcentage est de 48% chez les sympathisants de droite).

Aujourd’hui, en cas d’élection présidentielle, et en ne conservant que les hypothèses retenant la présence d’Alain Juppé comme candidat de la droite, les résultats seraient les suivants :

1er tour (cas N°1)
LE PEN                  32%
JUPPE                   22%
HOLLANDE            18%
BAYROU                 9%

1er tour (cas N°2)
LE PEN                  33%
VALLS                   21%
JUPPE                   19%
BAYROU                 8%

Ces résultats du premier tour invitent à quelques commentaires.
Dans les quatre les hypothèses étudiées, le candidat centriste est représenté par François Bayrou. Or le centre c’est aussi l’UDI et aucune des personnalités de ce parti n’est soumise à choix dans ce sondage alors que des candidats comme Nathalie Arthaud, Olivier Besancenot, Cécile Duflot, Nicolas Dupont-Aignan le sont et obtiennent des scores compris entre 0.5% et 3%. Devons-nous comprendre qu’un candidat UDI réaliserait un score inférieur à 0.5% ou bien que François Bayrou est un terme générique signifiant Centriste ?.
Cette présentation est d’autant plus surprenante qu’il est souvent évoqué qu’en cas de candidature Juppé, François Bayrou pourrait ne pas se présenter et soutenir ce dernier. On aurait alors un résultat bien moins traumatisant, avec le candidat de la droite et du centre à quasi égalité avec Marine Le Pen qui, dans tous les cas étudiés, est présente au second tour.

Au second tour, de tous les candidats c’est Alain Juppé qui réalise le meilleur score face à Marine Le Pen : 62% Juppe/38% Le Pen

Toutefois dans l’hypothèse d’un second tour Hollande/Le Pen le résultat est très serré : Hollande 51%/Le Pen 49% avec une marge d’erreur de +/- 3.1%, ce qui laisse entrevoir pour la première fois la possibilité de voir Marine Le Pen accéder à la présidence de la république.

Ces sondages marquent une progression électorale du Front National et une perméabilité de ses idées dans une grande partie de la population.

Qu’en est il à Bordeaux ?
Que ce soit à Bordeaux ou même en Gironde, le Front national même s’il progresse, réalise des scores bien en deçà de la moyenne nationale.

Voici un récapitulatif des derniers résultats obtenus par ce parti et ses candidats dans la ville de Bordeaux

PRESIDENTIELLE 2012     8.22%
LEGISLATIVES 2012         8.16% (1ère circo) - 5.77% (2nd circo) - 8.11% (3ème circo)
MUNICIPALES 2014          6.06% (2 élus)
EUROPEENNES 2014       11.52%

Alors que ce Parti semble connaître en Gironde et à Bordeaux une forte progression de ses adhérents (source du Front National), dans un environnement politique favorable, il peine à réaliser un score à 2 chiffres. Il sera intéressant d’étudier ses résultats aux prochains scrutins, les départementales des 22 et 29 mars et les régionales prévues en décembre 2015 (date non fixée). Selon un autre sondage Odoxa pour la presse régionale, France Inter et L’Express, 28 % des Français comptent voter pour un candidat FN aux départementales et aux régionales (contre 25% pour l’UMP et 17% pour les socialistes et leurs alliés). Si le Front National ne réalise pas dans notre département une percée lors de ces scrutins, il sera intéressant d’étudier les résultats à travers deux prismes :

  • Sociologie de la population Bordelaise et Girondine.
  • Politique par le maillage commune/département/région qui développe des actions sociales, qu’elles soient concertées ou non, visant à amortir les effets de la crise. Toutes les études le démontrent, le Front National progresse dans les régions touchées par un chômage de masse ainsi que dans les territoires oubliés de la République 

 

A 30% d’intentions de vote, le Front National devient un acteur majeur de la politique française. Pour autant et plus que tout autre parti, le Front National est un colosse aux pieds d’argile.

La base militante dont les effectifs ont été multipliés par 10 en peu de temps forme  un groupe hétérogène aux motivations diverses et aux aspirations contradictoires.

Le corpus idéologique de ce parti est flou. Qui y a-il de commun entre la ligne « sociale et nationale » défendue par Florian Philippot et les vagues idées «néo-conservatrices et libérales» distillées à longueur d’interviews par Marion Maréchal-Le Pen ?

Comment un transfuge de l’UMP comme Sébastien Chenu, co-fondateur de Gay-Lib (mouvement LGBT associé jusqu’en 2013 à l’UMP et aujourd’hui associé à l’UDI) peut-il se sentir à sa place dans un parti dont certains membres dénoncent régulièrement et de manière obsessionnelle la présence en son sein de plusieurs lobbys (Gay, Sioniste ou Francs-maçons).

Le Front National est aujourd’hui un assemblage hétéroclite constitué de personnalités atypiques, parfois même iconoclastes, non miscibles entres-elles dont les deux seuls liens sont : Marine Le Pen et la certitude que le pouvoir est à portée de main.
Pour preuve le récent limogeage d’Aymeric Chauprade, conseiller aux affaires internationales de Marine le Pen qui lui reproche d’avoir pris des positions personnelles et tenu des propos controversés sans en avoir, au préalable, reçu l'aval de la présidente.

Enfin ce sondage met clairement en relief qu’il n’existe à ce jour qu’une alternative crédible au Front National: celle d’une force modérée et consensuelle incarnée par une personnalité en mesure de rassembler la droite modérée, le centre et la gauche libérale. Ce positionnement c’est idéologiquement celui du centre. Reste à savoir qui incarnera le mieux ce courant…

Gilles GARCON
Le blog Centriste

(1) http://media.rtl.fr/internal/binary/2015/0129/7776381771_les-intentions-de-vote-pour-la-presidentielle-2017.pdf?ts=1422546103966
(2) http://www.odoxa.fr/wp-content/uploads/2015/01/Odoxa-pour-It%C3%A9l%C3%A9-CQFD-Le-Front-National.pdf

0 réponses

  1. […] ou inexistant. C’est le cas de la Gironde. Dans mon article du mois de janvier sur ce même blog (http://ludovic-bousquet.fr/le-fn-premier-parti-de-france/), j’invitais les lecteurs à étudier précisément les résultats de ce parti dans notre […]

Ajouter un commentaire

Aller à la barre d’outils